Coordonné par Eric de Thoisy, docteur en architecture, directeur de la recherche chez SCAU et chercheur associé à la Chaire de Philosophie à l’Hôpital.

La troisième année du séminaire Architecture et Care continuera à travailler la dimension spatiale du soin sur deux fronts.

D’une part en poursuivant avec un nouveau cycle d’invités un travail exploratoire, s’attachant à analyser des démarches (d’architectes, de designers, d’urbanistes, de géographes…) relevant du care : c’est-à-dire, soit fabriquant des espaces habitables pour des vulnérabilités particulières (le handicap, le vieillissement, la maladie mentale, les différentes formes de “précarité”, etc.), soit engageant des renouvellements plus systémiques des pratiques de l’architecte.

D’autre part, en continuant un travail de fond, initié au cours des deux premières années, de relecture critique des modèles “classiques” de l’architecture et de mise à jour d’autres systèmes, s’appuyant notamment sur la dimension spatiale des lieux de soins psychiatriques, et plus généralement d‘autres relations de l’architecture à la durée, à la mémoire, au traumatisme, à la vulnérabilité.

Pour cette troisième année, le séminaire Architecture et care prend ses quartiers sur l’Adamant, centre de jour des hôpitaux Saint Maurice pour le secteur Paris-Centre, un lieu qui entretient l’héritage de la psychothérapie institutionnelle (dans sa dimension spatiale en particulier – c’est l’ambiance) et dont l’architecture est utilisée comme dispositif de déstigmatisation et de visibilité de la psychiatrie, au cœur de la ville.

L’Adamant est un bateau amarré quai de la rapée, au bas de la gare de Lyon.
Aucun événement trouvé !