ActualitésPage actu

La littérature relative aux contentions en psychiatrie révèle qu’elles sont majoritairement utilisées contre la volonté des patients. Pour proposer une façon de contenir le sujet, complémentaire à la contention involontaire et en amont des situations de crise, l’effet apaisant de la contenance (concept psychanalytique) et de l’intégration sensorielle (notion provenant des neurosciences) pourrait être convoqué. Ainsi, il est fait l’hypothèse qu’une méthode de contention contenante, mise à la disposition du sujet, pourrait être en mesure de restaurer en partie l’autonomie du sujet de soin en psychiatrie.

Dans le cadre de ce projet expérimental, la Chaire de Philosophie à l’Hôpital publie en cette rentrée un état de l’art réalisé par Pr Cynthia Fleury et Aziliz Leboucher.

La publication est téléchargeable ici. Vous pouvez en trouver un résumé dans cet article publié par la revue Santé Mentale.